Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'Apoèzie
  • : Ce blog me sert de recueil de textes...
  • Contact

Musique

Recherche

Nombre de visiteurs

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:00

 

Femme-triste.jpg

 

 

Quelque chose de toi sur mon front s’est penché,

Sont-ce tes doigts, ta lèvre ? Effleurant ma mémoire,

Quel enivrant parfum sort de quel encensoir,

Pour que mon âme entière en soit endimanchée ?

 

Mon silence et le tien semblent s’être touchés ;

Sans un mot, sans à-coup, sans penser les mouvoir,

Comme va la journée s’étendre auprès du soir,

Je devine ton cœur contre le mien couché.

 

Ah, quel ravissement que ce bruit de tambour !

Où sont les invités, quel est celui qu’on fête,

Pourquoi tant de bouquets, ces tables qu’on apprête,

La joie est attendue, mon frère est de retour ?

 

A qui ce chariot noir au milieu de la cour,

Pourquoi tant de chevaux devant cette charrette ?

Le crêpe est un peu sombre au-dessus de leurs têtes,

On croirait que des fleurs pleurent un troubadour…

 

Sébastien Broucke

25 février 2013

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
C'est en fait le défi rhétorique, c'est pourquoi nous avons associé à des écrivains d'Internet connaissent peut être utilisé afin que vous puissiez résoudre tous vos problèmes en plus de vous permettre de ainsi que des dissertations. Je suis à fournir de nombreux produits et services en commençant par produire questions sans parti pris avec ce doc près remplissant thèses entières dans plus de dissertations.
Répondre
S
<br /> La séparation du deuil, vue du point de vue du défunt, pas si absent que ça... C'est étonnant, d'autant que l'on découvre progressivement de quoi il s'agît, dans une gradation parfaite... Et<br /> c'est magnifique ! Avec toute mon amitié.<br />
Répondre
S
<br /> <br /> J'avoue aimer inverser les situations, voir le ciel du fond d'une tombe, me croire vivant et ne plus l'être, étonner mon lecteur, offrir un monde pour un autre, rendre vivant celui qui fut,<br /> perdre celui qui reste... Mais ne me demandez pas pourquoi. Je vous remercie beaucoup pour votre gentillesse et votre amitié.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Le poète est couché dans son lit, il est mort et ne le sait pas. Celle qui l'aime est venue lui rendre une dernière visite, un corbillard attend dans la cour...<br />
Répondre