Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'Apoèzie
  • : Ce blog me sert de recueil de textes...
  • Contact

Musique

Recherche

Nombre de visiteurs

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 09:00

femme-en-cage.jpg

 

Longtemps elle a tourné comme une louve en cage,

Je dis elle a tourné car elle est maintenant,

Couchée sur le côté, sage comme une image,

Ne rêvant même plus aux espaces absents.

 

Déjà, je m’inquiétais avant qu’elle ne bouge

Plus. Blême désormais, je l’approche en tremblant.

A quoi peut lui servir que lui coule si rouge,

Un sang sauvage et vif s’il faut fuir les vivants ?

 

Elle ne mange guère, elle en est famélique,

Et dans ses yeux parfois de tristes feux follets

Lancent vers qui regarde à cet être anémique,

Un je ne sais trop quoi d’effroyable reflet.

 

Je cherche sans arrêt comment la satisfaire,

Mais chaque instant de plus la peine, l’engloutit.

Existe-t-il un nœud qu’on ne puisse défaire,

Qui sous votre cou coule à pendre l’appétit ?

 

Sur sa gorge pourtant ma main vient et se pose,

Souvent j’ai dans la poche un bout de chocolat,

Mais tout cela est vain, ses lèvres restent closes,

Et mes mots sur les siens ne tombent plus qu’à plat.

 

Faudra-t-il remplacer le doux par la cravache,

Trouver un médecin, jeter mes sucreries ?

Qu’on me coupe la main, qu’on la coupe à la hache,

Et qu’un sauveur la sauve de ma gâterie !

 

Oui, descendez en moi remettre sur ses pattes

Cette âme infortunée, ce cœur convalescent :

La bête vit captive, ah, que sa cage éclate,

Pour qu’elle aille à nouveau se gaver d’agneau blanc !

 

Sébastien Broucke

9, 10 & 11 octobre 2013

Partager cet article
Repost0

commentaires