Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'Apoèzie
  • : Ce blog me sert de recueil de textes...
  • Contact

Musique

Recherche

Nombre de visiteurs

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 16:00

1424544 670035873030800 885030186 n

 

A mes doigts engourdis qu’un autre automne endort,

Comme on tombe en un rêve avant qu’en son sommeil,

En mon grenier caché, voulant écrire encore,

Je prie le dieu des mots que ma muse s’éveille.

 

Je veux lui rappeler nos promesses premières,

Quand nous portions alors de plus simples toisons,

Et que me réchauffant à ses yeux de lumière,

Nous choyions tous les deux pour l’autre en pâmoison.

 

Le ciel en sa grisaille en gouttes vaines sonne,

Tant j’attends son retour à l’heure de dormir,

Le temps passe et l’oubli, c’est là ce qui m’étonne,

Ne saurait éloigner nos âmes qui s’unirent !

 

Aux papillons tombés, aux parfums exhalés,

Je me ris de savoir que renaîtront un jour,

Dans la fraicheur d’avril, sur le bord des allées,

Ces fleurs disséminées dont les printemps s’entourent.

 

Car s’il reste aujourd’hui des murailles d’épines,

Arpentant de mon cœur les douloureux chemins,

Fixant le ciel vermeil quand le soleil s’incline,

Je pense aux soirs sans feu où m'enflammaient ses mains.

 

Sébastien Broucke

17 novembre 2013

Partager cet article
Repost0

commentaires